ActualitésCSC Grandes sortiesGrandes sortiesNos dernières activités

Sorties annuelles 2022

Lors du week-end de l’Ascension 2022, du 25 au 29 mai, un groupe de 8 Choucas sont partis au bord de la Meuse, à Laifour, près de Revin, dans les Ardennes, pour un week-end vert et sportif!

Voici la vidéo du week-end réalisée et montée par Pierre.

Jour 1: Monthermé

Pour cette première journée, l’idée est d’enchaîner des montées relativement faciles (sur piste) et des descentes plus intéressantes, typiquement des pistes de descente connues des gars du coin, découvertes grâce à Strava. Nous partons donc en direction de Monthermé, où nous arrivons par le GR, le long de la crête. De là, remontée par une piste forestière bien raide (grosses cuisses recommandées!) vers le spot de descente de Tournavaux. On enchaîne ensuite le long de la Semoy par un chemin très agréable vers Haulné. Remontée sur route, pique-nique au soleil puis descente de la gorge des Hazelles par un sentier difficile (marches rocheuses; gare à la chute) vers Navaux. Passage à Thilay, puis piste cyclable en rive droite (contrairement à ce que suggère la trace) jusqu’à la passerelle à Naux. De là, pour les plus courageux, boucle optionnelle à Nohan-sur-Semoy, avec montée sur piste puis descente de la mort dont nous n’avons pu faire qu’une partie, certains passages étant trop difficiles et engagés pour nous! Retour à Naux puis montée le long du ruisseau de la Gire, d’abord en sentier puis sur piste large, jusqu’au Six Chênons puis les Hauts Buttés. De là, ce n’est pas fini! Une route forestière tranquille nous amène au sommet de la colline du Pommier, d’où nous retombons (c’est le mot) sur Laifour via une descente très raide par endroits. Bilan: 62km, 1500D+. Une bonne première journée!

Voici la trace (OpenRunner) telle qu’elle était prévue. Principal changement, au kilomètre 13,5, il faut tourner à droite et monter droit vers le haut de la colline par une piste forestière bien raide. En effet, le sentier horizontal espéré n’existe pas.

Au-dessus de Monthermé
La passerelle de Naux

Jour 2: Fumay

Cette seconde journée démarre dur: après 20 mètres de plat le long de la Meuse, nous tournons à gauche et attaquons la montée en suivant le ruisseau de la Petite Commune. De plus, une petite erreur de navigation nous envoie plus à gauche que prévu, en plein dans la montée, avec des passages à près de 20%! Ça passe (pour les plus motivés, disons). On atteint le sommet de la colline, au point 396m, face à Laifour. De là, sur le plateau, cap au Nord puis à l’Ouest pour rejoindre le Mont Malgré-Tout et descendre le long de la crête vers Revin (belle descente dans sa partie supérieure). Nous faisons cette partie sous la pluie, qui heureusement se calme vite ensuite. Une fois passé le pont, montée sur piste, à partir des Bois Bryas, puis cap au Nord en suivant la crête; sympathique chemin balisé VTT. À partir du point 350m, très belle descente en single sinueux vers la Cité du Charnois, où nous pique-niquons au soleil, sur l’aire de pique-nique (très sympathique car très sauvage!). Sans remonter à la Chapelle Notre-Dame de Divers Monts, nous coupons vers Fumay et passons le pont vers Haybes, où nous montons par la route jusqu’au Chêne Saint-Antoine. À partir de ce point, descente très joueuse sur un single sautillant, sans doute la plus fun de tout le séjour! Arrivés à l’Ermitage du Moulin Labotte, nous remontons, d’abord sur piste en forêt (sympa), puis sur route pendant 5km exigeants (moins sympa), jusqu’au point 464m. À partir de là, les plus courageux attaquent une longue et belle descente le long du Ruisseau des Manises. Nous rattrapons ensuite le Chemin des Chasseurs, qui remonte jusqu’au Malgré-Tout. Après un passage par la Ferme de Malgré Tout (point d’eau, boissons) on redescend plein Sud jusqu’au point 396m, devant Laifour, où nous sommes déjà passés le matin. Cette fois, la descente se fait par l’autre côté, le long de la crête Ouest, à travers les Roches de Laifour. Descente courte (moins de 10 minutes) mais extraordinairement agréable (joueuse, technique, pas trop engagée), hautement recommandée. On peut enchaîner avec une bière à la buvette en bord de Meuse (point 136m). Bilan: 56km, 1500D+. Une deuxième très belle journée!

Voici la trace (OpenRunner) telle qu’elle était prévue.

Fumay

Jour 3: Haybes et Vireux

Cette journée se veut un peu moins intensive en dénivelée, mais on espère en profiter pour faire un peu plus de distance. On démarre plus doucement que la veille par une montée le long du sympathique ruisseau du Trou Caillou. Au niveau de la prise d’eau (km 6,5) le départ du single est un peu caché, mais il existe bien, et monte gentiment pour nous amener au pied du chemin de croix qui monte au Calvaire du Maquis des Manises, site où 106 prisonniers et résistants ont été exécutés. Le chemin continue en forêt, devient un peu technique (km 14) puis descendant (km 15): chemin facile et rapide, mais gare à la chute inattendue quand un caillou dépasse du sol (on a testé pour vous). Au km 18, descente sans intérêt (on recommande d’en essayer une autre) puis, au km 19, on rejoint le Chêne Saint-Antoine où on rejoue la descente de la veille (toujours un régal)! Pique-nique au bord de Meuse (avec une petite bière!). De là, tandis que le blessé du matin rentre au gîte (accompagné), les survivants attaquent une montée sur route pour atteindre le point de vue des Roches de Fépin (km 28). Panorama superbe et qui permet d’apprécier la descente à venir: 200m D- en l’espace d’un kilomètre, soit une descente à 20% de moyenne! Le sentier se révèle impressionnant (raide, étroit) mais pas trop engagé ni trop technique; une belle descente. À l’écluse de Fépin, tandis que certains choisissent de rentrer, un petit groupe continue vers le Nord, le long de la Meuse (vent debout) jusqu’à Vireux. Là-bas, on passe la Meuse, puis on monte (sur route, assez raide) jusqu’à la maison forestière de Courcelles. Le chemin se poursuit vers le Sud, via une route forestière malheureusement sans grand intérêt. Après le Chêne Notre-Dame, le sentier devient plus sympathique; le mieux est de longer la crête autant que possible. On roule un temps sur la frontière, et on parcourt l’espace de 2km en Belgique pour atteindre la D7 et descendre vers Fumay. Le retour se fait via la piste cyclable, sur une distance de 20km environ, qui heureusement passent assez vite. De l’avis général, la vallée est très belle, mais rouler en plat, c’est vraiment barbant: vive le VTT! Bilan: 83km, 1300D+.

Voici la trace (OpenRunner) telle qu’elle était prévue.

Au point de vue des Roches de Fépin

Jour 4: Thilay

Dernière matinée, que nous comptons bien mettre à profit pour enchaîner encore quelques beaux chemins. Nous partons d’abord vers les Hauts du Terne, via une piste forestière facile que nous connaissons déjà. De là (point 257m), nous suivons le GR vers l’Est, pour une ascension technique et agréable, jusqu’à rejoindre la route (point 314m). Là, nous laissons le GR qui grimpe trop fort et suivons la route jusqu’au parking (km 8) d’où partent les amateurs de VTT DH (et certains viennent de loin). C’est en effet une très belle descente vers Naux qui nous attend, avec des passages tantôt techniques (rocheux), tantôt roulants (tubes à haute vitesse!). De là, nous coupons vers Thilay le long de la Semoy, puis gravissons la route forestière des Éteignières pour revenir au Roc la Tour. Descente cette fois le long du GR, d’abord assez rocheux et agréable, puis (quittant le GR) dans le lit d’un ruisseau, qui se révèle caillouteux et sans intérêt; à éviter. Une fois descendus à Tournavaux, nous rentrons le long de la Semoy, rive gauche. Une fois à Monthermé, on rentre soit par la piste cyclable, soit (quitte à grimper encore 120m) via les Hauts du Terne, pour une dernière descente en forêt. Bilan: 32km, 800D+.

Voici la trace (OpenRunner) telle qu’elle était prévue. Nous en avons coupé une partie et sommes passés directement de Naux (km 10) à Thilay (km 26).

Atelier mécanique improvisé

Le gîte

Nous avons séjourné au gîte Au Bord de Meuse, chemin de la Petite Commune, 08500 Revin. Le gîte est en fait situé à Laifour, rive droite, en face de Madagascar. Il est tenu par M. et Mme Halasz, qui nous ont réservé un excellent accueil. Nous étions en fait seuls dans ce gîte qui peut accueillir jusqu’à 36 personnes. Petit déjeûner, sandwich à emporter, petite bière au retour de balade dans le jardin en bord de Meuse, copieux repas du soir, et nuit à 2 personnes par chambre, tout cela pour un prix très modique: gîte recommandé aux sportifs et randonneurs!